Entreprendre

L'écosystème de la réussite

pixabay_domaine_public_-_executive-461652_1280.jpgLa réussite correspond à la rencontre d’une opportunité avec la personne qui l’exploitera, c'est-à-dire nous :

  • Ne nous inquiétons pas pour le moment des opportunités, elles sont tellement nombreuses et tellement fréquentes que ce n’est pas une denrée rare. Encore faut-il être capable de les détecter. En changeant de regard sur les choses, ces opportunités deviendront parfaitement visibles pour nous.
  • Exploiter une opportunité dépend entièrement de nous et ceci vaut bien quelques explications auxquelles ce site est destiné.

Pour mettre toutes les chances de notre côté il faudra bien en passer par des méthodes souvent appelées développement personnel, mais pour mobiliser tout notre potentiel il faudra aller bien au-delà des techniques qui sont généralement enseignées.

Pour que le développement personnel soit profitable, il est impératif de prendre aussi en considération :

  • la relation aux autres, c'est-à-dire l’ensemble de la sphère sociale
  • le contexte général, c'est-à-dire l’environnement dans son ensemble

Il s’agit, autant nommer la démarche par son vrai nom, d’une approche systémique aussi connue sous le nom d’approche globale.
En langage de tous les jours c’est du bon sens, mais l’enseignement qui nous a été dispensé durant toute notre jeunesse était fondé sur une approche cartésienne qui fait rapidement perdre la vision globale. En clair il faudra désapprendre un peu.

Qui réussit ?

Pour réussir dans ses projets, l’utilisation d’une méthode augmente les chances de succès. En effet pour tirer parti de toutes ses ressources il est toujours bien utile de :

  • Comprendre les informations dont nous disposons et les situations dans lesquelles nous nous trouvons.
  • Décider de manière pertinente et en connaissance de cause.
  • Réussir enfin, ce qui signifie pour certains gagner de l’argent mais qui peut prendre de multiples autres formes comme un engagement pour une cause humanitaire, l’épanouissement personnel, l’acquisition de nouveaux savoirs ou la réalisation d’œuvres uniques et hors du commun.
  • Prendre en compte notre entourage et les règles qu’il nous impose. Nous ne sommes pas seuls au monde, notre famille, nos amis et relations, la société ont souvent une influence positive sur tout ce que nous faisons. Par contre, ne pas en tenir compte peut nous freiner dans notre réussite

N’ayant pas le souvenir qu’une personne se soit réveillée un beau matin en ayant réussi sa vie comme par miracle, lisons la suite pour voir comment faire pour réussir et s’enrichir.

S’ouvrir au monde

Comprendre les informations dont nous disposons et les situations dans lesquelles nous nous trouvons.

Ceci nécessite que l’on dispose de la bonne information et que l’on se connaisse soi même. Ceci peut faire sourire mais si votre curiosité vient d’être réveillée, ouvrez la porte à la plus extraordinaire exploration qui existe : la découverte de soi.

Il n’est pas question de parler de psychologie ici, ceci ne nous servirait pas à grand-chose. Nous donnerons plutôt les clés pour mieux connaître nos aspirations, quels sont nos atouts mais aussi quels sont les mécanismes naturels qui nous empêchent de voir ce que nous avons sous les yeux.

Disposer de la bonne information n’est pas un problème, nous sommes inondés par un flot ininterrompu d’information. La question est de savoir si nous sommes en mesure de l’utiliser. En réalité nous ne voyons et ne comprenons que ce que nous sommes prêts à voir et à comprendre. En d’autres termes, sans le savoir, nous éliminons automatiquement une quantité phénoménale d’information utile.

Une fois de plus un peu de méthode nous sera bien utile.

  • Connaître ses besoins sera la première étape pour savoir si l’opportunité qui se présente est faite pour nous. Rappelons nous la réussite est une rencontre entre nous et une opportunité
  • Construire sur nos connaissances et sur nos expériences est la seconde étape pour savoir si objectivement, l’opportunité qui se présente à nous est réalisable. Il vaut mieux investir dans un projet qui a les meilleures chances d’aboutir.
  • Tenir compte de nos points de vue, de notre vision du monde pour accepter l’idée des changements que notre réussite provoquera. Il vaut toujours mieux être préparé à ce qui va se passer et éviter les surprises qui font souvent perdre ses moyens.

Lorsque l’on pose la question suivante à une personne : « que feriez-vous si vous aviez 10 millions d’euros ? » celle-ci ne sait jamais répondre. Vous ne me croyez pas, faites le test dans votre entourage. Et vous-même sauriez vous répondre ? C’est dire la méconnaissance de nos aspirations. Ce ne sont pas ici les conditions pour mener les actions qui conduisent au succès. Un travail sur nos aspirations et ce que nous pouvons en faire est certainement le moment le plus important de cette étape de compréhension.

Maintenant que cette phase préparatoire est terminée partons à la rencontre avec l’opportunité que nous saisirons pour nous mener au succès

Saisir l’opportunité.

Nous voici au pied du mur, nous avons rencontré l’opportunité de notre vie. Cette occasion, nous l’avons choisie et nous savons qu’elle est faite pour nous. Mais voilà, nous sommes paralysés, il va falloir s’engager, décider. Décider c’est mourir un peu… Restons sérieux, il est rare de nos jours de mourir pour une mauvaise décision.
Par contre c’est un instant particulièrement difficile car décider c’est en premier lieu renoncer. Renoncer à quoi ? au confort d’une situation que l’on connaît, aux habitudes et à la routine. Dit de cette manière le premier réflexe est de dire : « mais qu’est ce que j’attends pour saisir cette occasion ? ». C’est oublier un peu vite à quel point nous nous attachons vite et fort à notre confort et à notre routine. Cet attachement est tellement fort que les entreprises font appel à des spécialistes en gestion du changement.

Décider c’est aussi faire un pari sur un profit, une réussite future mais ici aussi le dicton « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » a la vie dure. Nous ne sommes pas toujours conscients de ces réflexes de refus de décider.

Si l’on ajoute à ceci toutes les questions que l’on se pose lorsque nous sommes face à un choix, face à une décision :

  • Ai-je les capacités pour mener ce projet à bien ? L’estime que l’on a de soi n’est que rarement suffisante pour emporter la décision. Nous sommes plus habitués à nous autocritiquer qu’à nous féliciter
  • Est-ce que je fais bien ? Notre jugement et notre bon sens est souvent altéré par des questions secondaires et par des quantités d’idées reçues qui nous bloquent
  • Est-ce que je réussirai à surmonter les obstacles ? Notre capacité à inventer des obstacles imaginaires est étonnante, au moins aussi étonnante que notre capacité à sous estimer les vraies difficultés. Soyons assurés que tout obstacle peut être surmonté, évité ou contourné, il suffit d’y être préparé.
  • Est-ce que je prends la bonne décision ? Ceci est une question très amusante car aucune décision n’est ni bonne ni mauvaise dans l’absolu. Les seules choses qui pourraient faire passer une décision pour mauvaise sont que l’on soit confronté à des obstacles imprévus que nous ne réglerions pas ou que l’on abandonne en cours de route. Quoi qu’il en soit prendre une décision signifie porter la responsabilité des conséquences et ce poids peut paraître très lourd à porter pour certains.

N’oublions pas que certaines et certains d’entre nous sont tellement enthousiasmés par des occasions qu’ils voient comme uniques, qu’ils partent tête baissée, comme des fusées. Il existe pour ces tempéraments de belles réussites mais aussi de cuisants échecs.

Pour résumer, décider de manière pertinente et en connaissance de cause est un instant difficile. L’enthousiasme tout comme la peur de s’engager, sont deux mécanismes naturels destinés à nous permettre d’avancer ou à nous protéger. Il convient de prendre conscience de ce qui nous fait avancer et de ce qui nous freine pour prendre une décision adaptée dans les situations complexes du monde actuel.

Dès lors que la décision est prise, il ne reste plus qu’à suivre la route que l’on s’est tracée avant de savourer son succès et sa réussite.

La réussite est au bout du chemin ou n’est ce qu’une étape ?

Eh oui, soyons assurés que notre réussite n’est qu’une étape qui nous permettra de bâtir de nouveaux projets et d’aspirer à de nouvelles ambitions mais ceci est une autre histoire.
pixabay_domaine_public_-_stairs-675909_1920.jpgEn d’autres termes, nous n’avons pas voulu brûler les étapes, saisir une opportunité que nous n’avions pas les moyens de transformer en réussite. Nous nous approchons d’une étape de notre vie, la réussite du projet que nous avons décidé de mener à bien.

Toutes les conditions de la réussite sont réunies, nous sommes motivés, nous avons le pouvoir de décision, nous avons les compétences requises et nous avons prévu les ressources qui nous sont nécessaires pour aboutir dans notre projet.
La condition essentielle sans laquelle aucune réussite n’est possible réside dans notre décision. Nous avons dit : « j’ai décidé… ». Cette phrase a des conséquences réelles et transformera notre vie. Ceci n’a rien a voir avec « j’aimerais… » ou « j’ai envie de… » qui n’ont jamais, au grand jamais engendré que l’immobilisme, l’habitude et les regrets de n’avoir pas réussi.
Nous avons décidé et il faut maintenant mettre les mains dans le moteur et ce serait trop beau si tout se déroulait comme prévu. On dirait que les contretemps, les imprévus et les obstacles se sont donnés rendez vous dans notre projet. C’est plutôt un bon signe car nous avons laissé suffisamment de place aux ajustements qui permettent de coller à la réalité des choses et non pas à ce que nous avions imaginé sur le papier.
On voit bien dans les projets d’entreprise les coûts insensés induits par les retards et difficultés rencontrées. Presque tous ces coûts supplémentaires servent à respecter les délais de livraison. Pourtant ces projets d’entreprise sont préparés et suivis par des armées de consultants et d’experts.
Toute la force de notre projet réside justement dans les conditions de la réussite citées plus haut qui vous donnent toute la souplesse pour ajuster et corriger ce que nous faisons en temps réel.

En résumé, l’action qui conduit à la réussite nécessite :

  • Une excellente préparation du projet qui comprend en plus des conditions de la réussite citées plus haut, une planification des tâches à réaliser. Si nous avons une expérience de conduite de projet en entreprise, ou mieux, si nous avons éduqué des enfants, nous disposons de toutes les compétences requises.
  • Un excellent suivi qui nous permettra de procéder à tous les ajustements dès lors que ce que nous avons prévu ne se réalise pas comme nous nous y attendions Les trois stratégies lorsque l’on rencontre une difficulté ou un obstacle sont de le surmonter, de le contourner ou de l’éviter. Surtout n’ignorons jamais un obstacle, plus nous attendons, plus il deviendra difficile à éliminer.

Pour réussir enfin, ce qui signifie pour certains gagner de l’argent mais qui peut prendre de multiples autres formes comme un engagement pour une cause humanitaire, l’épanouissement personnel, l’acquisition de nouveaux savoirs ou la réalisation d’œuvres uniques et hors du commun ne sous estimons jamais le soutien et l’aide que peut nous apporter notre entourage et même la collectivité. Nous verrons plus loin comment notre sphère sociale devient un formidable atout.

Notre entourage

Il est un point que l’on oublie souvent de prendre en compte : notre entourage et les règles qu’il nous impose.
Nous ne sommes pas seuls au monde, notre famille, nos amis et relations, la société ont une influence sur tout ce que nous faisons. Ne pas en tenir compte nous freine dans notre réussite

Il ne faut pas sous estimer les sentiments que déclenchera notre projet dans notre entourage. Attendons nous à du scepticisme ou même un dédain complet lorsque nous parlerons d’un projet. L’attitude la plus fréquente étant un soutien très poli de notre démarche. Ensuite viendront les critiques de celles et ceux qui n’ont jamais rien fait. Nous pouvons les oublier mais nous serons obligés de les entendre. Une escalade qui pourra aller jusqu’au dénigrement est même possible.
Nous nous en doutons, nous avons déclenché des réactions de jalousie.
Le temps passant et notre projet prenant forme, nous verrons les attitudes évoluer, certains seront intéressés et aimeraient même s’associer à notre projet. D’autres, par contre, peu nombreux, nous expliqueront et nous démontreront que ce que nous faisons ne peut pas aboutir et qu’il nous faut revenir à la raison. C’est un excellent signe car ils ont perçu les premiers signes de notre réussite et ils ont du mal à l’admettre.
Comme nous sommes dans une démarche « entrepreneuriale » (quel vilain mot), la collectivité s’intéressera à notre projet (au niveau familial, associatif, local, commercial, industriel, environnemental etc.). N’hésitons pas à nouer des accords avec les organismes que nous intéressons et demandons les subventions auxquelles nous pouvons prétendre.
Nous approfondirons plus loin les rapports entre notre projet et certaines zones de notre entourage parmi lesquelles nous retiendrons :

  • La sphère familiale
  • La sphère professionnelle
  • La sphère sociale
  • La société civile

Partagez cette page avec vos amis: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

HTML filter

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.