Les fondamentaux du développement personnel

Le livres, supports de la mémoire et du savoir.

Les livres à lire absolument pour commencer le développement personnel

Il existe de rares livres d'exception qui apportent les vraies réponses aux questions et aux interrogation relatives au développement personnel.

Des titres viennent à l'esprit instantanément et si vous ne les avez pas déjà lus et relus, ne vous privez pas du plaisir d'apprendre énormément de choses sur vous mêmes et sur vos rapports aux autres.

Inutile de vous en priver, ils sont souvent gratuits.

Friedrich Nietzche nous offre dans [amazon:B00BUAZN9M:inline] ,une réflexion de fond brillante et une mine de citations inépuisable utiles pour chaque situation de la vie.

D'aucuns, notamment parmi les donneurs de leçons, auront fait des raccourcis, des rapprochements et des amalgames entre la pensée d'un auteur et l'utilisation de cette pensée. Rappelons simplement que si un marteau est fait, au départ, pour enfoncer un clou, il peut avoir de multiples utilisations et il peut même se transformer en arme mortelle entre les mains de la personne qui l'utilise. Détournons nous donc de ceux, penseurs, intellectuels, journalistes, artistes, politiciens ou philosophes, qui cherchent à stigmatiser la pensée de ceux qui ne conviennent pas à la propagation de leur propre idéologie.

  • Deviens qui tu es !
  • Voyez donc ces superflus ! Ils acquièrent des richesses et en deviennent plus pauvres.
  • Ils veulent la puissance et avant tout le levier de la puissance, beaucoup d’argent, — ces impuissants !
  • Voyez-les grimper, ces singes agiles ! Ils grimpent les uns sur les autres et se poussent ainsi dans la boue et dans l’abîme. Ils veulent tous s’approcher du trône : c’est leur folie, — comme si le bonheur était sur le trône ! Souvent la boue est sur le trône — et souvent aussi le trône est dans la boue. Ils m’apparaissent tous comme des fous, des singes grimpeurs et impétueux. Leur idole sent mauvais, ce froid monstre : ils sentent tous mauvais, ces idolâtres.
  • L'État, c'est le plus froid des monstres froids. Il est froid même quand il ment ; et voici le mensonge qui s'échappe de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

La trilogie de Desmond Morris comprend [amazon:B0031Y9DQE:inline], [amazon:2253003050:inline] et [amazon:B00534N2LW:inline]

Le zoo humain et le couple nu sont malheureusement difficilement accessible en français, mais ils restent toujours disponible sur le marché de l'occasion.

Voici quelques extraits imprégnés d'un bon sens à toute épreuve.

  • Le moderne animal humain ne vit plus dans des conditions naturelles pour son espèce. Pris au piège, non pas par un chasseur travaillant pour un zoo, mais par sa propre et brillante intelligence, il s'est installé dans une immense ménagerie où, incapable de trouver le repos, il court constamment le danger de craquer sous cette tension impitoyable.
  • Quand vous mettez un morceau de nourriture dans votre bouche cela ne veut pas nécessairement dire que vous avez faim. Quand vous buvez cela n'indique pas inévitablement que vous avez soif. Dans le zoo humain, manger et boire en sont arrivés à remplir des rôles nombreux. On peut grignoter des cacahuètes pour tuer le temps, on peut sucer des bonbons pour se calmer les nerfs. … on peut avaler dix pintes de bière pour gagner un pari. Dans certaines circonstances, on peut fort bien être prêt à avaler un œil de mouton pour conserver son statut social.
  • Le miracle qui permet à notre civilisation de survivre, c'est que l'instinct humain de coopération se réaffirme si fortement et de façon si répétée. Malgré tout ce qu'on met en oeuvre pour l'étouffer, il ne cesse de réapparaître. Nous nous plaisons à considérer cela comme la conquête des faiblesses bestiales par les forces de l'altruisme intellectuel, comme si l'éthique et la moralité étaient une sorte d'invention moderne. S'il en était vraiment ainsi, il y a gros à parier que nous ne serions pas ici aujourd'hui pour le proclamer. Si nous ne portions pas en nous l'instinct biologique fondamental de coopérer avec nos semblables, nous n'aurions jamais survécu en tant qu'espèce.

Et bien entendu les piliers de la sagesse:

[amazon:B00B8U3S96:inline] Lao Tseu nous livre avec une simplicité déconcertante les vérités de la vie.

  • Les paroles sincères ne sont pas élégantes ; les paroles élégantes ne sont pas sincères.

Plus il y a d'interdits et de prohibition
plus le peuple s'appauvrit;
plus on possède d'armes tranchantes,
plus le désordre sévit;
plus se développe l'intelligence fabricatrice,
plus en découlent d'étranges produits;
plus se multiplient les lois et les ordonnances

Celui qui sait ne parle pas,
celui qui parle ne sait pas.

[amazon:B00895IR3K:inline] Incontournable, tout comme Lao Tseu.

  • Le contentement apporte le bonheur même dans la pauvreté. Le mécontentement apporte la pauvreté même dans la richesse.
  • L'homme sage attire en permanence le respect, alors même qu'il a disparu de la société ; il est encore vrai et sincère, alors même qu'il garde le silence.
  • On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une.
  • Les seules richesses des gouvernants doivent être la justice et l’équité.
  • La droiture : S'intéresser uniquement à ses gains et aux profits que génèrent ses actions amènera beaucoup d'amertume.

Tags: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

HTML filter

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
To prevent automated spam submissions leave this field empty.